top of page

Interview: Johan MIA, photographe



Le comité MRI travaille avec Johan MIA, 39 ans, photographe officiel du comité Miss Ronde Internationale depuis sa première édition.


Découvrez à travers cette interview ce photographe impliqué, multi-casquettes et avec une bonne humeur contagieuse.




Bonjour Johan,

Merci d'être présent pour un moment de confidence avec cette interview.


Peux-tu nous parler un peu de toi ?


"Je m'appelle Johan, j'ai 39 ans, je suis préparateur en pharmacie et surtout photographe autodidacte depuis Août 2015.

Je suis passionné et je rêve de vivre uniquement de ma passion."


Comment est née MIA photographie?

"Ma meilleure amie se mariait, elle avait déjà un photographe, mais le lendemain il n'y avait personne pour prendre les photos.


Je venais d'acheter mon premier appareil , j'ai fait quelques photos pour que les invités puissent avoir des souvenirs. Je leurs ai envoyé sur le groupe whatsapp, ils ont adoré et ils m'ont encouragé dans la démarche de devenir professionnel.


Suite à cela, je me suis empressé d'aller me renseigner sur le matériel et les différentes techniques du métier.

Motivé et passionnée, j'ai dans la foulée, lancé mon auto-entreprise et j'ai réalisé mes premiers shootings.


Il me manquait le nom. Un jour, j'écoutais un son d'Omarion: "MIA" ( missing in action), le titre m'intriguait et j'ai voulu comprendre le sens de l'acronyme. Et j'ai compris, j'ai compris que j'étais à la recherche de quelque chose, non pas de corps perdus, mais des photographies rares pour les sauvegarder. "


Quelles sont les valeurs de MIA?


Qualités :

Je tiens à ce que mes photos soient d'une qualité irréprochable, tout comme ma prestation.


Professionnalisme:

Je souhaite que les personnes passent un bon moment, mais surtout à maintenir et entretenir une image très professionnelle. Je souhaite qu'on pense à moi lorsqu'on a besoin d'un photographe.


Relationnel :

De la bonne humeur, le ressenti et le souvenir d'un bon moment sont pour moi des moteurs de motivations. Ils donnent du sens à mon travail.


Quels sont tes projets réalisés qui sont marquants pour toi?


Les comités. J'ai fait beaucoup de prestations. Il y a eu du bon et du moins bon, mais j'ai beaucoup appris! Cela m'a permis d'évoluer.


Financièrement ce n'est pas le plus abouti pour moi, mais humainement c'est très enrichissant.


Le comité Angel Beauté, a su me laisser carte blanche. J'ai pu m'exprimer en tant que photographe.


Bien évidemment, il y a eu le comité MRI avec qui la collaboration est simple, fluide et avec une très bonne entente.


Il y a aussi mon expérience acquise en faisant des photos la nuit, en extérieur, en soirée. J'ai appris m'adapter, à travailler avec un cadre ou une ambiance donné. Techniquement, c'est très formateur.


J'ai maintenant la chance, depuis quelques temps, de travailler avec une directrice artistique. Elle me guide, me donne de vrais conseils. Il y a une vraie symbiose entre nous. On se complète, elle avec son expérience et moi avec ma technicité.


Les projets envisagés avec elle, peuvent faire évoluer ma carrière.


Justement, quels sont tes projets à venir?


Organiser des shootings créatifs autour d'univers artistique.


Je souhaite aussi me développer auprès de personnalité publique avec qui je travaille actuellement.


Mes projets en cours peuvent m'ouvrir beaucoup de portes, et m'offrir aussi des belles expériences de vie.




Par rapport à ton expérience, ta vision, quelle est l'approche de ton métier?

Je fais très attention à mon image et mes engagements. Si je vois qu'il est difficile pour moi respecter un contrat, je refuse le projet.


Ma réputation est primordiale. Elle en découle de mes valeurs.


Pour moi l'approche de mon métier passe par mes valeurs, mais aussi par l'amélioration et la créativité de mon métier.


Je tends à être le meilleur, à me challenger et à atteindre mes objectifs.

Je veux vivre mon rêve et vivre de ma passion.


J'aimerais aussi organiser des formations à destination de jeunes photographes.


Il faut avoir une sensibilité de base et un bon ressenti pour se lancer dans la photographie.


Suite à tes expériences, as-tu une ou plusieurs anecdotes à nous partager?


Vous savez, je ne suis pas uniquement photographe. Non, non!!! J'ai découvert que je pouvait être aussi: un chauffeur, un chorégraphe, un cuisinier "faire les barbecues" et être une mascotte! (rire)


Le comité MRI m'a fait confiance en tant que photographe. J'ai partagé de vrais moments humains et bienveillants. C'est avec plaisir que j'ai pu enfiler ces différentes casquettes !



J'ai aussi un bon souvenir de la Fashion week: J'étais à l’hôtel et je parlais avec le réceptionniste, j'étais habillé dans un style militaire. Il a kiffé et s'est mis à me parler en anglais. Son accent n'était pas terrible mais j'ai répondu naturellement en anglais. Je lui ai demandé s'il parlait français vu que nous sommes en France...

Il m'a répondu: "Oui, j'ai cru que vous étiez un américain, vous avez le même style (rire).


Ce même jour, je croise une photographe de Boston. En lui faisant la bise, il y a eu un petit smack accidentel. J'étais gêné, alors je lui ai dit :'OUPS Sorry...', et elle a répondu: "No, it's just a kiss darling". Elle n'était pas surprise et a pris ça de façon légère.

Mais, en vrai je pense que j'ai un truc avec l'Amérique! Je vais creuser ! (rire)


Que peut-on te souhaiter pour le futur Johan?


De ne pas changer mes valeurs et de devenir un photographe à l'échelle internationale.


On te le souhaite Johan! On sera fière de dire que nous avons pu travailler à tes côtés! Et que notre mascotte préférée est devenu un "Américain - photographe - international".


Merci à toi d'avoir pris le temps pour cette interview.


On te retrouve sur Instagram et ton site pour te suivre !












82 vues0 commentaire

Comments


bottom of page